Droit de préemption de la Ville de Montréal et logement social : une première série de 196 lots assujettis

April 1, 2020 | Adina Georgescu

( Available in French only )

Le 26 mars 2020, le conseil de l’agglomération de Montréal (le « Conseil ») a adopté une résolution identifiant les 196 premiers lots assujettis au droit de préemption (ou droit de premier refus) dont bénéficie la Ville de Montréal afin de favoriser le logement social.

Les 196 lots en question sont répartis ainsi:

  • Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce – secteur du “Triangle” (21 lots)
  • Le Plateau-Mont-Royal (34 lots)
  • Le Sud-Ouest (22 lots)
  • Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (1 lot)
  • PDUES (Marconi-Alexandra, Atlantic, Beaumont, De Castelnau (26 lots)
  • Verdun – secteur Hickson-Dupuis (15 lots)
  • Ville-Marie (68 lots)
  • Villeray-St-Michel-Parc-Extension – secteur Parc-Extension (9 lots)

Une seconde série de lots qui seront assujettis au droit de préemption sera soumise pour approbation au Conseil au cours du mois d’avril 2020.

L’assujettissement des lots au droit de préemption est valide pour une durée de 10 ans. À l’intérieur des 10 ans, la Ville de Montréal peut acquérir les terrains visés, et ce, en priorité à un acheteur qui aurait déposé une offre d’achat acceptée par le propriétaire. À la réception d’un avis d’aliénation d’un immeuble de la part d’un propriétaire d’un lot visé, la Ville n’est pas tenue de se prévaloir du droit de préemption et d’acquérir l’immeuble.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la Stratégie de développement de 12 000 logements sociaux et abordables 2018-2021 dont s’est dotée la Ville de Montréal afin de favoriser la réalisation de logements sociaux.

De plus, cette démarche fait suite à l’adoption, par la Ville de Montréal, de règlements qui mettent en œuvre le droit de préemption conféré par l’article 151.2 de la Charte de la Ville de Montréal, Métropole du Québec :

L’exercice du droit de préemption, par la Ville de Montréal, peut avoir d’importants impacts sur la réalisation de transactions immobilières, notamment quant à l’incertitude entourant leur concrétisation, la capacité d’obtenir du financement et aux délais additionnels imposés par le processus d’exercice de ce droit par la Ville.

Cet article est paru dans l’édition du jeudi 2 avril 2020 de l’infolettre construction.

Disclaimer

This publication is provided as an information service and may include items reported from other sources. We do not warrant its accuracy. This information is not meant as legal opinion or advice.

Miller Thomson LLP uses your contact information to send you information electronically on legal topics, seminars, and firm events that may be of interest to you. If you have any questions about our information practices or obligations under Canada's anti-spam laws, please contact us at privacy@millerthomson.com.

© 2020 Miller Thomson LLP. This publication may be reproduced and distributed in its entirety provided no alterations are made to the form or content. Any other form of reproduction or distribution requires the prior written consent of Miller Thomson LLP which may be requested by contacting newsletters@millerthomson.com.