N.D.L.R.

September 2016

( Available in French only )

Il a été porté à notre attention que nous n’avions pas précisé que la décision St-Onge (Syndic de) 2014 QCCS 909 (7 janvier 2014) rapportée dans notre publication Été 2014 avait été inscrite en appel. Cette décision du registraire de faillite a subséquemment été infirmée par un juge de la Cour supérieure dont certains des motifs se lisent comme suit :

<< [40]        Avec égards, le tribunal estime que la registraire a omis de tenir compte de faits et facteurs pertinents en concluant que le débiteur avait l’intention de laisser tomber ses études et que l’échec de l’entreprise ne constituait pas de la malchance en s’exprimant ainsi: « c’est malheureux mais le fait que la transmission n’ait pu être brevetée est un risque inhérent au développement des produits ».

[41]        Le tribunal est d’avis que le débiteur n’avait pas l’intention de laisser tomber purement et simplement la poursuite de l’obtention de son diplôme de maîtrise.

[42]        Le tribunal considère qu’il s’agit là d’une malchance. L’effondrement non souhaité et non prévu du projet explique probablement le contexte qui a amené le débiteur à faire sa faillite d’une façon qui peut paraître précipitée. >>

                  St-Onge (Syndic de) 2014 QCCS 3262 (7 juillet 2014).

Disclaimer

This publication is provided as an information service and may include items reported from other sources. We do not warrant its accuracy. This information is not meant as legal opinion or advice.

Miller Thomson LLP uses your contact information to send you information electronically on legal topics, seminars, and firm events that may be of interest to you. If you have any questions about our information practices or obligations under Canada's anti-spam laws, please contact us at privacy@millerthomson.com.

© 2018 Miller Thomson LLP. This publication may be reproduced and distributed in its entirety provided no alterations are made to the form or content. Any other form of reproduction or distribution requires the prior written consent of Miller Thomson LLP which may be requested by contacting newsletters@millerthomson.com.